La classification à facettes appliquée aux archives numériques : mise en contexte d’un sujet de recherche

Par Simon Côté-Lapointe

Mon projet de recherche doctoral vise à favoriser l’accès aux fonds et collections d’archives à partir d’une interface de navigation à facettes complémentaire aux moteurs de recherche. À ce stade préliminaire, il a pour but de développer et de valider une méthodologie spécifique à la conception d’une classification à facettes dans un contexte d’organisation et de recherche de documents d’archives numériques québécois. Voici une courte mise en contexte.

La classification à facettes désigne à la fois un processus d’analyse conceptuelle et un outil d’organisation de l’information qui se base sur l’idée que le classement de l’information peut être facilité par l’utilisation d’une combinaison de catégories fondamentales extraites à partir des principales dimensions (personnalité, matière, énergie, espace, temps) (Ranganathan, 1957) d’un objet informationnel ou d’un sujet. Les facettes sont définies comme étant des termes ou des concepts génériques issus d’une caractéristique ou d’un attribut intellectuel ou physique du sujet ou de l’objet à classifier. Par exemple, une catégorie matérielle d’un document d’archives pourrait être le type de média, facette qui pourrait comprendre les valeurs image, son ou texte.

Depuis quelques années, la classification à facettes s’est popularisée comme moyen d’organisation et de présentation de l’information (Broughton, 2006), et plus particulièrement appliquée et adaptée au contexte numérique actuel (Vickery, 2008). En la comparant avec la classification hiérarchique, plusieurs avantages ont été notés lors de tests d’utilisation : son efficacité, sa souplesse et sa facilité d’utilisation lors d’activités de recherche menées par plusieurs types d’utilisateurs ainsi qu’une plus grande satisfaction de ceux-ci ont été soulignés comme étant des points forts qui contribuent à son adoption dans plusieurs contextes de gestion des ressources informationnelles (Fagan, 2010).

La capacité d’accéder à l’information à l’aide de l’informatique change la manière dont les usagers accèdent aux archives (Duff, 2002; Mas, 2013-2014) : ils s’attendent à des outils de recherche performants et à un accès rapide à de l’information pertinente (Daines et Nimer, 2011). Des études portant sur l’accès aux archives soulignent la nécessité de développer des outils de recherche centrés sur les besoins des usagers (Bantin et Agne, 2010; Meyerson, Galloway et Bias, 2012).

La croissance exponentielle des documents d’archives et des informations à traiter, numériser et diffuser par les institutions dédiées à la préservation du patrimoine archivistique québécois rend nécessaire le développement de méthodes pour faciliter l’accès aux informations contenues dans les archives (Conseil des académies canadiennes, 2015). Il existe plusieurs techniques informatiques d’analyse automatique et semi-automatique qui pourraient faciliter l’organisation par facettes des archives : des études ont porté sur les bases de données textuelles (Dakka et Ipeirotis, 2008) ou bibliographiques (Panigrahi et Prasad, 2007) et sur le traitement de notices d’archives à partir de métadonnées (Banerjee et Johnson, 2015; Chan et al., 2001).

Références bibliographiques

Banerjee, K. et Johnson, M. (2015). Improving Access to Archival Collections with Automated Entity Extraction. Code4Lib Journal(29). Repéré à http://journal.code4lib.org/articles/10726

Bantin, J. et Agne, L. (2010). Digitizing for Value: A User-Based Strategy for University Archives. Journal of Archival Organization, 8(3-4), 244-250. doi: 10.1080/15332748.2010.550791

Broughton, V. (2006). The need for a faceted classification as the basis of all methods of information retrieval. Aslib Proceedings: New Information Perspectives, 58(1/2), 49-72. Repéré à http://polaris.gseis.ucla.edu/gleazer/260_readings/broughton.pdf

Chan, L. M., Childress, E., Dean, R., O’Neill, E. T. et Vizine-Goetz, D. (2001). A Faceted Approach to Subject Data in the Dublin Core Metadata Record. Journal of Internet Cataloging, 4(1/2), 35.

Conseil des académies canadiennes. (2015). À la fine pointe du monde numérique : possibilités pour les institutions de la mémoire collective au Canada. Ottawa : Le comité d’experts sur les institutions de la mémoire collective et la révolution numérique. Repéré à http://www.scienceadvice.ca/uploads/fr/assessments%20and%20publications%20and%20news%20releases/memory/CofCA_14-377_MemoryInstitutions_WEB_F.PDF

Daines, J. G. et Nimer, C. L. (2011). Re-Imagining Archival Display: Creating User-Friendly Finding Aids. Journal of Archival Organization, 9(1), 4-31. doi:10.1080/15332748.2011.574019

Dakka, W., Dayal, R. et Ipeirotis, P. G. (2006). Automatic discovery of useful facet terms. Communication présentée au SIGIR Faceted Search Workshop. doi: 10.1109/ICDE.2008.4497455

Duff, W. (2002). Understanding the information-seeking behaviour of archival researchers in a digital age: paths, processes and preferences. Communication présentée au DLM-Forum 2002.

Fagan, J. C. (2010). Usability studies of faceted browsing: A literature review. Information Technology and Libraries, 29(2), 58-66.

Mas, S. (2013-2014). La notion de facettes et son application dans un contexte de recherche dans les fonds d’archives : analyse des questions de recherche et de l’expérience vécue par des usagers novices. Archives, 45(1), 85-105.

Meyerson, J., Galloway, P. et Bias, R. (2012). Improving the user experience of professional researchers: Applying a user-centered design framework in archival repositories. Communication présentée à l’American Society for Information Science and Technology, 49(1), 1-7. doi: 10.1002/meet.14504901208

Panigrahi, P., et Prasad, A. (2007). Facet sequence in analytico synthetic scheme: A study for developing an AI based automatic classification system. Annals of library and information studies, 54(1), 37.

Ranganathan, S. R. (1957). Prolegomena to library classification (2e éd.). Londres : London Library Association.

Vickery, B. (2008). Faceted classification for the web. Axiomathes, 18(2), 145-160.

 

Ce contenu a été publié dans Sans catégorie, avec comme mot(s)-clé(s) , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *