Volkswagen Blues

Par Ariane Legault-Venne

À l’été 2014, j’ai traversé le continent jusqu’à la côte ouest américaine avec mon copain. À bord de Paco, un Westfalia 1977, nous avons traversé plusieurs villes et visité leurs bibliothèques publiques. En voici un bref aperçu…

winnipeg_ext_optWinnipeg : La Millenium Library ressemble à la Grande Bibliothèque de par son grand escalier et sa fenestration abondante. Située au cœur de la ville, elle est entourée d’un petit parc où l’on y trouve une fontaine en forme d’erlenmeyer. Fait amusant : la section pour enfants est interdite aux adultes, à moins d’être accompagné par un enfant.

regina_opt

Regina : La bibliothèque centrale de Regina est située au centre-ville. Elle est moins récente que la Millenium Library et moins impressionnante, mais tout de même agréable. On y trouve une section avec les documents élagués à vendre ; c’est comme la vente annuelle de livres de BAnQ, mais à longueur d’année. Il y a aussi un théâtre au sous-sol. Lors de notre passage, on annonçait la diffusion des demi-finales et de la finale de la Coupe du monde de soccer. Initiative très intéressante !

calgary_carnegie_opt

Calgary : La bibliothèque centrale de la ville n’est pas très grande. Elle occupe le rez-de-chaussée d’une tour à bureaux. À l’entrée, des laissez-passer gratuits pour divers événements culturels (dont le Stampede) sont disponibles. Les usagers n’ont qu’à présenter leur carte de la bibliothèque au comptoir pour obtenir le billet désiré. Point négatif : l’accès au wifi est réservé aux abonnés. Déception pour nous, voyageurs qui comptions sur les bibliothèques publiques pour avoir accès à Internet et donner signe de vie à nos proches ! Nous avons également visité une des succursales du réseau située dans le joli Central Memorial Park, une bibliothèque Carnegie où on pouvait accéder au wifi, et ce jusque dans l’herbe qui entoure le bâtiment. Fort agréable !

vancouver_ext_opt

Vancouver : La bibliothèque centrale de Vancouver est très belle. Devant l’entrée de la bibliothèque, il y a une petite place publique intérieure avec cafés et boutiques. Les murs et le plafond sont entièrement vitrés, ce qui donne l’impression d’être à l’extérieur. L’intérieur de la bibliothèque est très aéré et des passerelles permettent d’accéder à des espaces de lecture plus calmes, à l’écart des comptoirs de service.

portland_int2_opt

Portland : La bibliothèque centrale est entourée de bancs en pierre sur lesquels sont gravés les noms d’écrivains célèbres. On peut ainsi se donner rendez-vous au banc Victor Hugo : charmant ! Sur les murs extérieurs, au-dessus de chaque fenêtre, sont gravés un sujet ainsi que les noms de personnalités associées à ce domaine. Par exemple, sous le mot musique sont inscrits les noms de Brahms, Mozart et Beethoven, entre autres. Est-ce bien ce qu’on appelle la bibliothèque « hors les murs » ? L’intérieur de la bâtisse est très chic avec son grand escalier en marbre. Pour faire honneur à la réputation hipster de la ville, il y avait lors de notre passage une exposition consacrée à l’évolution du skateboard à travers les décennies. Dans la section musique, un catalogue sur fiches a toujours sa place. Il s’agit de l’index des chansons. Si vous cherchez « Au clair de la lune », vous saurez donc dans quel(s) recueil(s) la trouver.

seattle_int1_opt

Seattle : La bibliothèque centrale de Seattle a été reconstruite il y a une dizaine d’années. Son architecture est tout à fait unique et l’extérieur est entièrement vitré. L’intérieur est donc très lumineux. Une particularité de la bibliothèque est son Books Spiral. On peut partir du début de la classification décimale de Dewey jusqu’à la fin sans utiliser d’escalier. En effet, la spirale de livres s’étend sur quatre étages. En suivant les rayonnages, on monte (ou on descend) progressivement jusqu’à la cote qui nous intéresse. Pour faciliter le repérage, les cotes sont même écrites avec le carrelage sur le sol. Très impressionnant !

J’espère que ce compte rendu vous incitera à visiter diverses bibliothèques lors de vos voyages futurs. On en retire tout plein d’idées, que ce soit sur le plan de l’offre de services ou de l’architecture. Pour les curieux, Paco a bel bien réussi à nous ramener à Montréal. Évidemment, nous avons eu quelques pépins mécaniques en cours de route avec notre véhicule (essuie-glace tombé, porte-bagages arraché, voiture remorquée, pneus quasi crevés, câble du frein à main brisé, porte coulissante décrochée), mais l’aventure n’aurait pas été aussi enrichissante sans ces imprévus !

Cet article vous a plu ?
Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Share on LinkedInEmail this to someonePrint this page
Ce contenu a été publié dans Sans catégorie, avec comme mot(s)-clé(s) , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *